Archive

Posts Tagged ‘facebook’

Quand les réseaux sociaux s’invitent dans les occupations et les préoccupations du vacancier à Bangui

Période des « petites bricoles », temps des délires,  moments des rencontres dans des balles de jeunes et des « battles », mais les réseaux sociaux semblent désormais s’ajouter aux occupations et aux préoccupations du jeune lycéen centrafricain, cette année. A un mois seulement du début des grandes vacances, toutes les folies des jeunes semblent s’orienter vers les réseaux sociaux, notamment Facebook.

Dans des cybers cafés, sur des terminaux mobiles, des téléphones mobiles classiques, le vacancier centrafricain ne laissent rien passer aux hasards pour se « connecter ». « Je n’avais pas voulu me séparer de mes amis, et je supporte mal leur absence, c’est pourquoi, à tout moment je me connecte pour être toujours en contacte avec eux. Je me connecte à tout moment même à minuit, quand je me lève, il faut que je me connecte », a affirmé Béranger, élève au Lycée de La Renaissance à Bangui.

Des avis mitigés

Virginie surfant sur le net © Hippolyte Donossio

Béranger du moins se connecte pour garder ses liens avec ses amis de l’école, mais sa raison n’est pas de partage avec plusieurs autres élèves vacanciers de Bangui. « Moi je n’ai pas trop de connaissance de l’utilisation des réseaux sociaux et pendant l’époque des classes, mes collègues se moquaient de moi, car je n’ai pas beaucoup d’amis sur Facebook ou je ne sais pas chatter. C’est pourquoi je suis entrain de me préparer pour les affronter l’année prochaine », a confié Donis, élève au lycée Barthélemy Boganda de Bangui.

Plusieurs autres élèves sont d’avis que Donis, mais les avis ne s’arrêtent pas à ce niveau. Marina, élève au lycée féminin Pie XII, quant à elle ne manque pas le surf sur le net pendant ses vacances parce que « j’avais un petit ami, mais le gars s’en ai passé de moi et est sorti avec une de mes amies par le canal de Facebook. Je veux lui rendre aussi la monnaie, et voilà pourquoi je multiplie les rencontres sur Facebook ».

Par ces témoignages, on peut dire que les réseaux sociaux font désormais partie des occupations des vacanciers centrafricains. Ceux qui n’ont pas de téléphones sur lesquels il y a l’accès à internet, se battent pour se trouver une petite somme, même en utilisant souvent des moyens illicites, afin se connecter. « De fois je suis obligé d’extorquer de l’argent à mes parents pour me permettre d’aller au cyber, parce qu’ils n’ont pas voulu nous faire abonner à internet à la maison, alors les autres en ont », témoigne Yves, élève au lycée privé du Centre Protestant pour le Jeunesse (CPJ).

Le soir, les cybers café sont remplis. Un coup d’œil sur les écrans, montrent que 9 utilisateurs sur 10 sont sur Facebook. Ce réseau social enregistre aussi plusieurs nouveaux utilisateurs.

Les balles des jeunes et les kermesses n’ont pas encore commencé. Mais pour l’instant, les jeunes s’affluent sur les réseaux, mais ils ont hâte de ce moment, car « nous allons exploser nos profils avec les photos de nos délires », se réjouit Alan, du lycée Saint Kizito.

Publicités
Catégories :Médias Étiquettes : ,

Quand des rires sur facebook se centrafricanise !

Quand des rires sur facebook se centrafricanise

Nouveauté pour les novices, vieux truc pour les habitués, que voilà aujourd’hui les centrafricains veulent à jamais révolutionner leurs rires sur facebook. Il y a de cela plus de 9 mois, Johnny, un jeune blogeur et facebookeur centrafricain écrivait sur son blog « Tout porte à croire qu’à Bangui seuls les analphabètes ne sont pas sur facebook, et pour être totalement « in », dans le moov, il faut maitriser les vocables facebookiens. Il y’a des expressions qu’un Docteur es lettres n’y pigerait que dalle. Vous trouverez par exemple : MKN qui signifie en sango, la langue nationale du Centrafrique : « Mbi Koui Nguia » équivalant de : MDR : « Mort De Rire », il faut surtout connaitre lol : « laughing Out Loud » qu’on pourrait traduire par : Rire à gorge déployée, ou encore xpldr : explosé de rire… ».

A jamais aujourd’hui, les centrafricains mènent sur facebook, une campagne de la valorisation de leur langue sur ce réseau sociale.

Un tract sur facebook

[Appel aux centrafricains de Facebook !! Prière de centrafricaniser nos rires sur fcbk. Les anglais ont leur « LOL »= LAUGHING OUT LOUD, les français « MDR »= MOURIR DE RIRE, les marocains « KDD » = KHARYA DIAL DA7K. Alors soyons de vrais citoyens et utilisons notre Sangö Nationale made in Bé-africa : « MKN » = Mbi koui Nguia
AGB = A Gui Bon ; « MMK » = mama mbi koui ; « STTN »= So Tènè Ti Nyè
Singuila mingui Et si ça t’intéresse mets sur ton mur et fais circuler!!
]

Depuis le lundi 19 septembre dernier, ce tract circule dans la communauté centrafricaine de facebook. La réaction ne tarde pas à venir. Plusieurs centrafricains l’ont utilisé comme leur statut. Ça va, vient et revient à la Une du fil d’actualité de ce réseau social.

Chez facebook, c’est de la moutonnerie à la panurge !

Moins d’une semaine, « le nouveau style » connait un véritable boom. Sur les fils des commentaires sur des photos et autres, tout le monde s’y plonge presque. Sur une photo poster ce 26 septembre, on lire

Jolie tof MKN

Pèndèrè wali ti béâfrika MKN

Singuila a ita MMK

Sur facebook, même après avoir passé plusieurs lunes, certains comprennent toujours que dalle de certaines abréviations. Curieux, ils l’utilisent quand même.

Il y a de cela plus de deux semaines, un ami discutait avec moi sur la messagerie instantanée de facebook, par la suite il me dit MRD, alors que je l’annonçais le décès d’un de nos amis d’enfance. Je lui ai demandé de me dire ce qui le faisait rire, et il me répondait que MDR veut dire MERDE ! Autrement dit, il veut faire juste une exclamation ! C’était à ce moment là que je lui ai donné cette petite leçon.

Le ton est [re]donné, mais pour combien de temps ?

On sait souvent que la plus part des centrafricains ne savent toujours pas accompagner leurs initiatives. Certes beaucoup pourront répondre que MKN est vieux, mais maintenant que c’est réactualisé, peut on espérer que ça va durer ? Vu que les centrafricains lâchent vite prise après quelque moment seulement d’haleine ?

Peut être en lisant Johnny, « Il y’a une société centrafricaine sur facebook constituée de tout le monde : politiques, artistes, étudiants, élèves etc. Chacun est donc obligé de se comporter en bon citoyen, vu que les gens ont leurs photos, coordonnées et informations personnelles sur leur profiles et c’est bien connu, il y’a des choses qui ne se font ni ne se disent en bonne société entre de bonnes gens. Par voie de conséquence, même les dragueurs et aguicheuses patentés opèrent avec tact sur facebook », on peut espérer que la centrafricanisation des rires sur facebook va durer.

Catégories :Médias Étiquettes : , , , , , , ,