Accueil > Politique > A quand François Bozizé foulera les marches de l’Elysée ?

A quand François Bozizé foulera les marches de l’Elysée ?

De G. à D. François Hollande, président français et François Bozizé, président centrafricain (Photo Internet, Montage Hippolyte Donossio)

Voilà 3 mois et un jour ce 7 juillet que François Hollande a été élu président de la République française. L’homme qui a annoncé « un jour terrible pour les dictateurs et une bonne nouvelle pour les démocrates », semble désormais faire peur à certains présidents africains dont celui de la République centrafricaine, François Bozizé.

De Ouattara à Kabila en passant par Bozizé, Biya, Béby… la liste est longue pour ces présidents africains, pourtant des ex-colonies françaises qui n’ont pas encore été accueillis officiellement par ce socialiste qui officie à la tête de l’exécutif français.Tout porte à croire que la relation entre le palais de l’Elysée et certains palais africains semble prendre une autre direction.

Décidément Hollande veut en finir avec le Diktat de certains présidents africains !

Cette tournure se vérifie par le fait que seulement très peu de chefs d’Etat africains sont reçus à l’Elysée depuis 3 mois que François Hollande est président de la République. Effective fin de la françafrique ou nouvelle stratégie dans des relations franco-africaines ? En tout cas, difficile de répondre à cette question en seulement deux mois et demi après l’investiture du président socialiste.

Mais on le sait, d’ailleurs les présidents africains le savent aussi bien que François Hollande qui semble dissoudre la cellule Afrique de l’Elysée a plusieurs fois déclaré dans ses meetings ses intentions que «défendre l’idée que la démocratie vaut partout dans le monde, et notamment en Afrique ».

Une position soutenue par Jean-Louis Bianco, député socialiste, ancien secrétaire général de l’Elysée et ancien ministre des Affaires sociales pour qui : « d’abord, pour la politique africaine de la France […], le grand changement, c’est qu’on aura affaire à un président normal. C’est-à-dire un président qui sera constant, qui sera fiable, qui sera prévisible et dont les idées et les discours ne varieront pas au fil du temps… ».

Ce message envoyé par cette nouvelle France est valable pour Bozizé, pour Sassou, pour Compaoré, et même pour Boni et les autres. Autrement dit pour la France, si ce président n’est pas FIABLE, il sera alors FAIBLE. Le peuple centrafricain est un peuple fort, donc FIABLE, et c’est son message à Monsieur le Président !

Et qu’en est-il pour Bozizé en particulier ?

François Bozizé accueilli par Nicolas Sarkozy au palais de l’Élysée à Paris (Photo AFP)

Cela ne vaut pas la peine de revenir sur l’élection toujours controversée de Bozizé au Palais de la Renaissance en Centrafrique. L’opposition réunie au sein du Front pour l’annulation et la reprise des élections de 2011 en Centrafrique, FARE 2011, continue toujours de demander l’annulation et la reprise des élections qui plongent désormais François Bozizé dans son second et dernier mandat à la tête du pays, d’après les prescriptions de la Constitution centrafricaine.

Pour l’instant, plusieurs commentateurs n’excluent pas la possibilité à l’homme qui est arrivé pour la première fois à la tête de la Centrafrique par le biais d’un coup d’Etat, le 15 mars 2003, de modifier la Constitution et de se présenter pour une troisième fois aux élections de 2016. Une chose que Hollande prétend vouloir combattre…

D’ailleurs, les teneurs du pouvoir de Bangui doivent cependant savoir que Paris, même sous Sarkozy et maintenant sous Hollande a reçu plusieurs correspondances décryptant que la gestion du pouvoir de l’Etat est axée sur le népotisme, le clientélisme, l’affairisme, encore plus grave l’impunité ayant mis complètement en difficulté François Bozizé.

Sur le terrain maintenant en Centrafrique, le paradoxe qualifié du siècle par le journal Centrafric Matin, est le cas des riches du grand jour connus sous le vocable vernaculaire de « Yongoro nguiza » (longue coupure de Banque), issus du gouvernement et qui continue de tourner dans la pensée du Centrafricain comme le fait que le chef de l’Exécutif préside un conseil d’opérateurs économiques et non du gouvernement. Une des raisons qui poussent Hollande à ne pas accueillir son homonyme Bozizé.

Publicités
Catégories :Politique Étiquettes :
  1. NGAYA Jefferson
    7 juillet 2012 à 14 h 57 min

    Le fait d’être reçu par le président Français (Hollande) changera quoi sur nos problèmes?? Hollande doit laisser les priorités pour son pays et recevoir les chefs d’états Africains?? Kadafi a été reçu à l’Elysée quand Sarkozy était au pouvoir, n »est ce pas Sarkozy qui l’avait chasser du pouvoir?? Ne tromper pas les gens!!!!!!!!! Reçu ou pas à l’Elysée, c’est pas ce que les Centrafricains attendent de leur » Président »

    • Fabrice Donald
      10 juillet 2012 à 10 h 33 min

      je suis tout à fait d’accords avec vous, il faut que les centrafricains intellos sachent un truc: Hollande n’est pas là pour l’Afrique encore moins pour la République Centrafricaine, il a dit dans son premier discours sur les relations internationales je le cite  » la Françafrique…je ne connais pas » cela veut dire tout simplement je ne vais pas me mêler de la politique africaine.
      Laisser notre cher pays suivre le train afin d’avoir un niveau stable de sécurité qui pourra beaucoup nous être bénéfique au lieu de créer des climats de haine tous les jours que Dieu fasse, les investisseurs sont là prêt à venir, mais nous centrafricain, nous ne constituons pas notre propre point d’ancrage c’est vraiment dommage…

  2. BOZIZE
    9 juillet 2012 à 20 h 41 min

    La RCA est un état souverain ce qui veut dire: « l’etat est l’autorité suprême, il ne reçoit d’ordre de personne, ne depend de personne. aucune autorité ne lui est superieure ». Donc arretez d’ecrire de n’importe quoi. François Hollande doit s’occuper des français d’abord en plus il a calendrier hyperchargé…Alors c’est quoi cette histoire de reception de BOZIZE à elysée, qu’il donne à manger aux centrafricains qui périssent et qu’il veuille sur ses militaires qui continuent de tirer sur la population, qu’il revoit l’état des routes très dégradées avant de nous ramener les limousines…

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :