Archive

Archive for juin 2011

« Grand Machin » sème la terreur à Gobongo

Les photos que le plaignant a montrées à la rédaction de Radio Ndeke Luka parlent d’elles-mêmes. On y voit un homme, la trentaine environ, solidement ligoté à un arbre. Une photo le montre de face. Une autre de profil. Une troisième de dos. Les images montrent également une foule de curieux assez éloignée de l’arbre qui sert de potence.
Nous sommes à Gobongo, un quartier populeux de Bangui. Le contentieux oppose Serge Rangba à un certain Yannick qui serait sergent-chef de la garde présidentielle. Yannick est surnommé « Grand Machin ». Une banale vente de ciment s’est transformée en drame.
Serge, démarcheur, avait dix sacs de ciment à vendre. Il en a vendu 2 sacs à un pasteur qui n’a pas signalé un quelconque cas de fraude ou  de contrefaction du produit. Il propose le reste de la marchandise au sergent-chef Yannick alias « Grand-machin » qu’il a rencontré sur son chantier de construction. Ce dernier lui fait une commande de trois sacs et le marché est conclu. « Grand Machin » revient plus tard et déclare que le produit est contrefait. Serge propose sur le champ de reprendre ses produits et de rembourser.  « Grand-machin »  accompagné d’un autre élément de la garde présidentielle, demande plutôt à Serge de les suivre. 
Malheureusement,  le sergent-chef va le traiter de tous les noms d’oiseaux, ainsi que sa femme et ses sœurs. Ils l’embarqueront en fin de compte pour la « base marine » au bord du cours d’eau Ngoubagara. Sur les lieux quatre  autres éléments les attendaient. Ils  déshabillent Serge, le ligotent, l’attachent à un arbre et commencent à le molester avec des files et certains autres objets.

C’est l’intervention d’un élément de la gendarmerie qui mettra fin au supplice. Le gendarme  fait appel à la base où des gendarmes sont déployés sur les lieux. Ces derniers ne peuvent désarmer le «Desperado » qui fait sortir deux grenades et menace de l’exposer si on le touche. Après plusieurs moments de discussion avec ses amis d’armes, notre héros se rend.

La fin de l’histoire ? Le sergent-chef, une fois au poste, accepte d’être remboursé. Pas de poursuite contre lui. Quant au pauvre Serge, on l’a conduit dans un mauvais état à l’hôpital de la gendarmerie où il reçu des soins avant d’être placé en garde à vue, puis relâché. 

C’est un article de Radio Ndeke Luka. Je vous laisse la latitude d’apprécier cela à sa juste valeur. Je parlais dans un précédant article de l’impunité en Centrafrique, voilà un exemple pour vous dire que la population centrafricaine ne peut toujours être totalement libre à cause de ces fous qui se croient tout permis !
Publicités
Catégories :Justice

Bangui, cité des hommes en lunette de Soleil !

A Bangui, on reconnait facilement les personnes affectées par la conjonctivite grâce à la lunette de soleil  
© Hippolyte Donossio

L’étranger débarque à Bangui cette semaine sera étonné de nouveau style des centrafricains. Quelque soit l’habit que certaines personnes portent, quelque soit le temps (il pleut ou il fait beau temps), le banguissois est toujours bien accompagné de sa paire de lunette de soleil. Ah oui, ce n’est pas pour se faire beau ! C’est la conjonctivite !
 

Depuis plus d’un mois déjà, les populations pas seulement celles de la ville de Bangui mais également celles certaines villes de provinces ont été frappées par la conjonctivite que les spécialistes évitent cependant de parler d’une épidémie.

« On est beau avec des lunettes »

J’étais de retour de mon job le mardi 7 juin 2011 à Bangui, grimpant dans un taxi, il y avait avant moi 4 passagers avec le chauffeur. A ma grande surprise, tout le monde se servait des lunettes de soleil. Je me suis demandé est ce que je ne suis pas tombé dans le piège des braqueurs qui souvent attaquent même en pleine journée dans les taxis ? Mais NON, il n’était que 16heures locale (15H TU).

Très curieux je demande au chauffeur « Hey Massa (Chauffeur en Sango) on vous a distribué les lunettes de soleil là où vous venez ? ». Le gars très arrogant me répond « tu me trouve pas beau avec ce paire de lunette ? ». Du coup il se verra appuyer par les 3 autres passagers qui iront dans le même sens.

Ce n’est que plus tard que je vais découvrir, car l’un d’eux me dira « d’où étais-tu depuis ces temps-ci alors qu’on parle de l’épidémie de la conjonctivite à Bangui ? ». Autrement dit, tous mes compagnons de voiture étaient frappés de la conjonctivite.

Il n’y a pas d’épidémie de conjonctivite en Centrafrique !

Bon je ne suis pas étonné car dans ma rédaction, le sujet a été traité mais les spécialistes ne parlent pas ouvertement d’une épidémie de la conjonctivite dans le pays. « Ça été toujours comme cela, les gens se font des opinions et l’attribuent aux hommes des médias alors que ceux-ci n’ont rien dit dans ce sens », d’après la citation d’Alan, un ami que j’aime beaucoup discuter avec lui.

Même dans des bureaux, on ne s’éloigne pas de sa lunette de soleil (c) Hippolyte Donossio
Hommes, femmes, jeunes, vieux, même les enfants sont touchés. Ce qui est inquiétant, c’est que les personnes touchées se laissent entrainer par les autres en faisant de l’automédication.

Les personnes qui ne sont pas encore touchés fait cependant le beau avec des lunettes à vue claire. Visiblement, ce sont les personnes déjà touchées par la conjonctivite qui font le Schwarzenegger, en portant des lunettes fumées comme l’ex acteur américain.

Nous proposons ainsi quelques bons conseils pour prévenir la conjonctivite
 
Éviter l’exposition à l’allergène : pollen, acariens, poils d’animaux
Prise d’antiallergique avant l’exposition à l’allergène
Port de lunettes : diminue l’exposition à l’allergène
Port de lunettes de piscine (présence de chlore pouvant irriter la conjonctive)
Ne pas utiliser les produits de maquillage d’une autre personne (transmission de bactéries et de virus)
Port de lunettes de travail (travaux manuels, lunettes de laboratoire)
Lavez-vous fréquemment les mains, surtout en cas d’épidémie de conjonctivite virale. Il est conseillé de se laver les mains avec des solutions alcooliques ou désinfectantes pour bien éliminer les virus. 

Les non-affectés font le beau avec des vues-claires (c) Hippolyte Donossio
Surtout en cas de conjonctivite virale par exemple en cas d’épidémie virale dans votre région: évitez les endroits fermés où il y a beaucoup de monde, en cas de système d’air conditionné essayez de ne pas faire fonctionner ce système en permanence, évitez les saunas ou les piscines, évitez d’embrasser ou de serrer la main et évitez d’échanger ou d’utiliser des objets utilisés par des personnes atteintes de conjonctivite comme des serviettes, des bonnets, stylos, etc.

Bons conseils pour soigner la conjonctivite
Eviter de se frotter les yeux : abîme la cornée
Compresses froides lors de conjonctivite allergique et virale : permet de soulager les démangeaisons.
Ne pas maquiller les yeux
Enlever les lentilles de contact : pour éviter à la cornée de s’irriter d’avantage. De plus, les conservants utilisés dans certains collyres peuvent détériorer les lentilles.
Se conformer à la prescription médicale : nombre de gouttes de collyres, fréquence de l’administration et nombre de jours pour le traitement. Continuer le traitement jusqu’au bout, même si les symptômes ont régressé.
Protéger les yeux sensibles au moyen de lunettes de soleil, car cela permet de calmer la sensibilité à la lumière (parfois irritant en cas de conjonctivite).
 
Catégories :Société

Les deux enfants tués finalement inhumés ce jeudi

Les obsèques officielles des deux garçonnets,  découverts morts au quartier Kina dans le troisième arrondissement de Bangui,  ont finalement eu lieu ce 9 juin 2011. La levée du corps a eu lieu à la morgue de  l’Hôpital Communautaire. Initialement, l’enterrement était prévu pour mercredi, mais à la demande du gouvernement, elles ont été annoncées pour le samedi 11 juin. C’est donc avec 48 H d’avance que l’inhumation  s’est déroulée. 
Malgré  l’annonce tardive faite dans la soirée de mercredi, il y avait foule à la morgue de l’hôpital. On a noté la présence des ministres Richard Gouandjia de la Sécurité publique et sa collègue Marguerite Pétro Koni Zézé, des Affaires Sociale et de la Solidarité nationale. Ils ont présidé la  cérémonie placée sous haute surveillance par les Forces de Défense composées de la police, de la gendarmerie et des Forces Armées Centrafricaines (FACA).
Les dépouilles ont d’abord été installées sur  le perron de  la morgue. Une messe a été dite sur place par le curé de la paroisse Notre Dame de Fatima.
La messe étant dite, occasion a été donnée aux parents, amis et connaissances pour les recueillements. En raison de la foule qui grossissait et des risques de dérapage, l’exposition a été interrompue par les forces de sécurité au bout d’une dizaine de minutes. Direction le cimetière de Kokpa I dans le 4e arrondissement de Bangui, où  les deux corps ont été inhumés, toujours sous haute surveillance militaire.
Il faut rappeler que la découverte des cadavres des deux enfants dans le véhicule d’un commerçant appartenant à la communauté musulmane a déclenché des troubles et des exactions contre les musulmans à Bangui. Selon le bilan officiel, il a eu 15 morts dont 8 de la communauté musulmane, et une vingtaine de blessés. 3 arrondissements de la capitale centrafricaine sont encore sous couvre feu de 19H à 6H depuis le mardi 31 mai dernier.

Source : Radio Ndeke Luka
Catégories :Société

France – Grande Bretagne, il n’y pas que la Libye à envoyer des hélicos !

Les régions affectées par la LRA
Les rebelles de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Koni viennent encore de se manifester en Centrafrique. Lundi 6 juin 2011, le véhicule du médecin-chef du centre de dépistage volontaire et anonyme de Obo (sud-est de Centrafrique) a été attaqué sur l’axe Zémio-Rafaï alors qu’il se rendait à Obo avec un chargement de vaccins contre la poliomyélite pour les besoins de la campagne de vaccination en cours en ce moment dans toute la RCA. C’est en pleine forêt, à près de 200 kms de Obo, que le véhicule a été intercepté par un groupe d’hommes armés appartenant à la LRA. Ces derniers ont mitraillé, entraînant la mort sur le coup du médecin-chef et du chauffeur. Ils ont ensuite mis le feu à la voiture qui s’est consumée ainsi que tout son contenu.
C’est l’article à La Une du site internet de Radio Ndeke Luka, ce 07 juin 2011.
Loin d’être contre « la neutralisation des objectifs militaires » du Colonel Kadhafi en Libye, j’aime aussi tirer la sonnette d’alarme aux Nations Unies pour également « sauver les civils sans armes » de certaines régions de mon pays massacrer par une rébellion étrangère, dorénavant considérer comme terroristes, par le président américain, Barak Obama. 
La rivière de sang coule chez moi
Messieurs, vous voulez sauver un peuple « de la rivière des larmes et de sangs ». Messieurs une rivière de larmes et de sang a déjà coulé chez moi. C’est la LRA, oui le Lord Resistance Army de Joseph Koni. Oui Messieurs, c’est depuis 1986 que ce mouvement commence à tuer. Il a fait des milliers de victimes et ses leaders sont encore dans la nature : Ils continuent de tuer et tueront si VOUS ne les stopper pas !
 
J’aspirais un grand Ouf, lorsque j’apprenais que Mister Obama proposerait un projet pour le traque de ces tueurs devant le congrès américain. Mais jusqu’alors, je n’ai pas encore soufflé cet Ouf, car aucune action militaire de masse similaire à celle de la Libye n’a cependant pas encore été lancée contre ces bandits de grand chemin. C’est triste et c’est dans la tristesse que vivent ces hommes et ces femmes massacrés aux vus et sus de tous.
La LRA doit disparaître d’office !
Cette LRA n’est plus une rébellion, c’est un mouvement terroriste comme a dit le Président Obama. Ils n’ont pas un interlocuteur direct ou un conseil de transition à qui il faut entamer des discutions ou négociation ou bien envoyer des Représentants auprès de sa mouvement. Chez moi en Centrafrique, ils sont partout dans la forêt du sud-est, diviser en petit groupe pour massacrer les civils sans arme. Ils attaquent, pillent, brulent les maisons, tuent les hommes braves, enrôlent les gamins, font des jeunes filles des esclaves sexuelles, que sais-je ?
Je pense que si ces quelques centaines de missiles déjà tombés sur les objectifs militaires de Kadhafi tombent sur les forêts occupées par ces méchants hommes, je suis sûr qu’on ne parlerait plus d’eux.
Neutraliser la LRA, c’est aussi l’affaire de l’ONU
Je n’ai pas cité depuis longtemps dans ces dires, le nom de nos chères Forces Armés centrafricaines, la FACA. Au fait, moi je les respecte vraiment et j’ai beaucoup de penchant pour eux mais il faut avouer que ces gars sont faibles faces à ces éléments rebelles qui tirent leurs forces de Résistance de la main du Seigneur, comme leur nom le dit, depuis 30 ans. Depuis 2009, il y a une opération conjointe FACA, l’Armée Ougandaise et l’Armée congolaise contre ces hommes mais en vain. Pour illustration il y a 1 mois, les gars de l’Armée ougandaise sont tombés dans un piège tendu par ces lâches. Seulement aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée.
Je pense que la duernière mission conjointe du HCR, l’OCHA et la PNUD dans les régions le 17 mai dernier pourront être une tentative de solution à cette souffrance sans fin de cette population. Messieurs, pensez à ces martyrs, pensez à eux je vous en prie !
Catégories :Sécurité

Bangui vers une descente aux enfers

Malgré le couvre feu annoncé le 31 mai 2011 par le ministre chargé de l’administration, les échauffourées ont repris ce matin 1er juin 2011 au km5 et dans plusieurs arrondissement de la ville de Bangui.
Très tôt matin, certains jeunes des quartiers envoisinant du marché Mamadou Mbaïki appelé communément km5, ont investi à nouveau, le rond point Koudoukou. Ils empêchent ainsi, les commerçants d’ouvrir boutiques et magasins. Des tentatives de pillages, ont vite attiré l’attention des policiers du 3e arrondissement qui tentent en vain de repousser les jeunes, en tirant à gaz lacrymogène. 
La police fait appel à l’armée pour mettre de l’ordre
La police dépassée, a très vite passé la main à l’armée qui a déployé plusieurs dizaines d’hommes armés de kalachnikov. L’armée a réussi vers 10h heure locale à disperser, à l’aide des tirs nourris en l’air.
Pour l’instant, quelques groupuscules de ces jeunes, sont encore visibles par endroit, sur l’avenue B.B. et l’avenue Koudoukou. Les forces de l’ordre contrôlent jusqu’au moment où je publie l’information la situation.
La Mosquée de Yapélé incendiée
Les informations relatives  aux incendies de l’église catholique de Saint Michel et celle de  Saint Mathias sont fausses, car les deux églises n’ont pas été touchées par la foule en ébullition.
En revanche, la mosquée du quartier Yapélé dans le deuxième arrondissement de la ville de Bangui a été incendiée par des jeunes venus du quartier Fatima, qui ont prétexté les incendies des églises catholiques précitées, pour justifier cet acte  qui n’est autre qu’un  sortilège.  
« Il n’y a pas eu de pillage au Km5 »
La  quasi-totalité des magasins sont restés fermés ce matin, et contrairement aux rumeurs qui sont distillées dans la ville de Bangui, faisant état  des pillages des magasins au KM5, cette information est fausse, puisque tous les  magasins sont protégés par les Forces Armées Centrafricaines déployées  dans le secteur, pour assurer la sécurité des biens et des personnes.
Ce qui est sûr le marché KM5 présente l’ambiance d’un désert, même si quelques personnes courageuses  et curieuses déambulent pour palper du doigt les réalités.
En tout cas la sécurité est garantie au KM5 avec les Forces Armées Centrafricaines, qui patrouillent armées jusqu’aux dents, et il y’a plus de peur que de mal. C’est une affaire à suivre.
Des tentatives de manifestation déjouées par les forces de l’ordre
Au croisement  SICA-Benz-vi, un magazine, dont le propriétaire est soupçonné d’être mêlé au meurtre d’enfants découvert hier, est visé ce matin par un groupe des inconnus sortis de nulle part. Ceci à déclenché, un bras de fer entre les propriétaires du bâtiment visé, et la bande d’inconnue. Là encore les forces de l’ordre se sont interposées pour maintenir le calme.
Plus loin au marché de Boy-rabe dans le 4e arrondissement, quelques jeunes ont essayé de s’en prendre à une poissonnerie. Mais certains éléments de la garde présidentielle ont sauvé la situation en mettant en garde tout individu qui tenterait de s’attaquer aux commerçants.
Catégories :Société